CATASTROPHE (!) : plus rien...

Myriam
Messages : 6
Inscription : 21 Nov 2019, 17:23

CATASTROPHE (!) : plus rien...

Message par Myriam » 16 Déc 2019, 15:46

Des semaines d'insomnies, des heures de pics, des minutes sans mots, esbabaouquée, sidéralisée, tréfidante, bouleversciée - j'en suis (moi qui travaille les mots et ne sais tenir un pinceau) à dessiner des courbes qui montent, des flots qui descendent pour essayer de m'y retrouver moi-même, d'esquisser de nouvelles cartographies.
Je n'ai aucune idée de ce qui m'arrive, aucune pratique spirituelle ni yogique.
Méditer à tâtons, simplement pour ne pas opposer de résistance, est le seul moment où je me sens en phase avec ce qui (me) traverse.
C'est d'une puissance inouïe.
D'une ouverture dont je ne savais pas qu'elle pouvait exister, même en regardant s'ouvrir les fleurs de thé et les roses du désert.
De très loin, j'ai mémoire d'autres traversées, d'autres élans, qui m'avaient laissée exsangue et que j'ai laissés derrière moi. Cette fois l'appel est plus fort - ou je suis mieux en mesure de lui prêter attention.
Je découvre AYP dans cette nouvelle phase de mue - merci !

Et voilà que depuis des mois : plus rien.
Je dors de nouveau.
Je ne vibre plus.
Je n'ai plus d'un coup de la température puis des frissons.
A l'intérieur de moi, ça crie comme si j'avais tout perdu.
Comme si j'avais répondu à l'appel à rebours.
Serais-je tout simplement addict à l'intensité ?
Incapable de renoncer à ce trip, douloureuse d'un down aussi brutal que ce qui m'avait soulevée ?
Ou serait-ce que je ne sais pas (encore) retrouver le chemin pour m'y rendre par d'autres chemins ?
Je me sens perdue de nouveau, cette fois dans le lisse et le plat : si ce n'est pas ce que j'ai éprouvé qu'il s'agit de retrouver, alors quoi ?
Est-ce vraiment un état de calme équanime qui s'appelle "vivre", davantage que ce qu'il m'a été donné de ressentir ?
Voilà, c'est pas vraiment urgent - mais qu'est-ce que ça fait mal...

Karah̥
Messages : 21
Inscription : 15 Oct 2019, 19:57

Re: CATASTROPHE (!) : plus rien...

Message par Karah̥ » 18 Déc 2019, 19:32

Bonjour Myriam,

Chaque personne a une matrice dans le système nerveux subtil qui lui est propre et qui ne ressemble à aucune autre. De la même façon que nous sommes tous uniques d'un point de vue génétique etc...il en est de même pour le système nerveux subtil. Il n'y a pas de cartographie précise et linéaire d'un chemin balisé que l'on pourrait suivre. A part certaines expériences ou états de conscience par lesquels nous passons tous, le reste est complètement aléatoire. C'est la raison pour laquelle Yogani nous renvoie toujours au non attachement des expériences. Une expérience n'est pas seulement ce que l'on vit pendant les pratiques. Ce que tu décris est aussi une expérience. Une expérience sur ton chemin vers l'éveil, une expérience de la kundalini pendant et en dehors des pratiques mais cela reste une expérience, une façon de vivre les choses et de les interpréter.

Yogani compare parfois le chemin vers l'éveil à un long voyage en voiture. Les expériences sur le chemin seraient comme des paysages qui défilent le long de la route. Certains sont plus beaux que d'autres et l'on a envie de s'arrêter, couper le moteur, planter la tente et en profiter un peu plus longtemps. Certains sont sans intérêt et d'autres, comme un bord de plage pollué, jonché de déchets, nous donnent envie de fuir. On comprend alors que ce qui compte vraiment dans tout ça, c'est de rouler. Continuer à rouler à une vitesse suffisante mais modérée, en appréciant ou pas les paysages qui défilent sans jamais perdre la destination de vue.

En ce qui concerne la façon dont la kundalini se manifeste chez toi, il n'est pas possible de donner une explication précise. L'énergie est imprévisible, a sa propre intelligence. Parfois elle est forte, parfois très basse. Les hauts et les bas, les variations importantes donc, sont atténuées avec la pratique du système AYP afin de rester toujours dans un confort optimal. Il est vrai que ce n'est pas très fréquent, d'habitude, quand les personnes rencontrent un problème de kundalini, c'est plutôt l'inverse, elles font référence à un trop plein d'énergie difficile à gérer. Mais ce n'est pas anormal. D'autres personnes ont déjà relaté la même chose.

Cela ne veut pas dire qu'il ne se passe rien: les expériences ne sont pas toujours le reflet de ce qu'il se produit dans ton système nerveux subtil. Certaines personnes ne ressentent jamais rien et pourtant sont avancées sur le chemin, d'autres expérimentent plein de choses mais sont pourtant très loin de la destination finale. Cela ne veut rien dire. Cela ne veut pas dire que les choses se sont brutalement arrêtées et qu'il ne se passe plus rien dans les profondeurs. C'est un peu comme quand on dort: pendant ce temps, des tas de choses sont en train de se produire mais pour autant nous n'en faisons aucune expérience consciente.

Dans le système AYP, tout est une question de confort. Tant que le voyage est confortable, que l'on respecte les principes du self-pacing, alors il n'y a pas lieu de s'inquiéter. On passe parfois par de longues phases de calme plat "déroutantes", pour reprendre l'analogie de Yogani et puis les choses changent. Tout ce qui se produit est impermanent, que ce soit positif ou négatif, rien ne dure vraiment longtemps. La seule chose qui ne change pas, c'est le changement lui-même, dans la vie, comme dans les pratiques AYP :D Si le voyage n'est pas confortable, alors on peut se demander quelle en est la cause. Est-ce un réel déséquilibre énergétique lié à la pratique (qui peut dans certaines mesures être normal et peu intense et sur lequel nous aurons peu d'emprise) ou bien un processus mental comme l'attachement qui vient créer un obstacle? La réponse nous amènera soit à modifier les pratiques, soit ignorer ce qu'il se passe et poursuivre la route.

Continue simplement à pratiquer chaque jour de façon régulière, et n'hésite pas à revenir nous dire comment les choses évoluent de ce côté, dans quelques semaines ou mois, sauf si ton expérience devient vraiment désagréable au niveau énergétique, dans ce cas nous verrons ce que l'on peut faire pour t'aider.

En attendant, voilà une leçon qui pourra t'apporter quelques éléments si tu te trouves souvent sous l'emprise d'un mental à l'humeur facétieuse... ;)
https://www.aypsite.ch/lecon_329

Karah̥
Messages : 21
Inscription : 15 Oct 2019, 19:57

Re: CATASTROPHE (!) : plus rien...

Message par Karah̥ » 18 Déc 2019, 23:29

Myriam,

J'ai retrouvé aussi un passage dans la leçon 53 qui fait référence à l'attachement aux expériences. Yogani reconnaît que les expériences positives sont utiles si elles servent à nourrir notre bhakti pour nous donner envie d'aller plus loin et continuer à pratiquer:
...Les expériences qui surviennent sur le chemin de l'illumination devraient être considérées comme des bornes, des indicateurs de progrès qui nous incitent à poursuivre notre pratique. Une fois que nous les avons dépassées, elles ont rempli leur rôle et nous sommes déjà plus loin, à un autre niveau. Peut-être voudrons nous une fois de temps en temps nous arrêter pour jouir de la vue. Si nous nous arrêtons pour regarder, très bien. Bien vite nous serons de nouveau dans la voiture pour continuer notre route...
Tu voudras peut-être aussi jeter un coup d'oeil à celle-ci, sur AYP plus
https://www.aypsite.com/plus/348.html#348.1(Surmonter l'attachement aux expériences spirituelles)

En espérant avoir apporté quelques pièces à ton puzzle ;)

Sébastien
Messages : 9
Inscription : 29 Nov 2019, 14:50

Re: CATASTROPHE (!) : plus rien...

Message par Sébastien » 05 Jan 2020, 16:09

Hello Myriam,

J'ai vécu la même chose c'est très frustrant oui :?
Je ne sais plus qui, mais un yogi disait que les expériences très fortes et positivement remuantes ont lieu très souvent lorsqu'on débute la pratique pour donner un avant-goût au pratiquant de ce qui l'attend s'il persiste.
Un genre de carotte ... jusqu'à ce qu'on sache dans quelle direction aller.

J'ai bien aimé cette vidéo sur le phénomène : https://www.youtube.com/watch?v=WiOHja3q-Mg

Sébastien

Répondre